Mosaïque

Ven­dre­di 16 juil­let 2021 sor­tait « L’É­trange His­toire de Mr. Ander­son », le deux­ième album de Lay­low. Après le suc­cès cri­tique et com­mer­cial de « Trin­i­ty », érigé comme l’un des meilleurs pro­jets de l’an­née passée, le rappeur toulou­sain signe son retour avec un opus con­cept. Une nou­velle his­toire et un nou­veau cast­ing pour con­tin­uer de s’af­firmer comme l’une des têtes les plus créa­tives du rap français. La rédac­tion de Mosaïque a planché sur ce nou­veau pro­jet et donne son avis.

« Une balade musicale avec un réel message politique »

Quelle per­for­mance du Lay. Seule­ment un an et demi après « Trin­i­ty », il a réus­si à me sur­pren­dre par la com­plex­ité du pro­jet. On ressent la volon­té de plac­er la barre aus­si haute que sur son dernier album et ça fait du bien de voir un artiste en vogue ne pas s’endormir sur sa notoriété. Par­ler de son his­toire de manière aus­si intime et crue était un vrai chal­lenge. Une étrange his­toire de jeunesse bien plus com­plexe que sa précé­dente rela­tion avec une intel­li­gence arti­fi­cielle. Voilà qui explique sûre­ment une direc­tion artis­tique moins cohérente mais pas moins intéres­sante que sur son dernier opus. Le sto­ry­telling reste quant à lui tou­jours aus­si effi­cace, qu’il s’agisse de l’histoire glob­ale du pro­jet ou des tranch­es de vie racon­tées dans cer­tains morceaux comme les somptueux VOIR LE MONDE BRÛLER et LOST FOREST. Côté fea­tur­ing, l’alchimie est à la hau­teur du cast­ing. Damso et Hamza enflam­ment le début de l’album, quand Alpha Wann et Wit. appor­tent leur sens de la découpe. Beau­coup moins con­va­in­cu cepen­dant par la presta­tion min­i­male de Nek­feu sur SPECIAL. Les inter­ludes sont tout aus­si per­ti­nents et ces dia­logues bruts vien­nent don­ner du relief et du sens. La dual­ité Jey / Mr. Ander­son est assez bien exploitée et nous invite directe­ment à la réflex­ion. Même si le dis­cours de l’album, de croire en ses rêves, est finale­ment très clas­sique et déjà bien abor­dé dans le rap, Lay­low y apporte sa touche per­son­nelle. Loin des grandes heures du rap con­scient, cette balade musi­cale dans les sou­venirs d’un jeune artiste trans­met un réel mes­sage poli­tique à ses audi­teurs et auditri­ces : « Écoute toi ».

- Robin Spiquel

« Il aborde un sujet souvent négligé, celui des violences faites aux femmes »

Le nou­v­el album de Lay­low offre une dou­ble lec­ture : « L’É­trange His­toire de Mr. Ander­son » telle qu’elle appa­raît dans les skits ciné­matographiques, puis la musique du pro­jet. Sur le plan musi­cal, le rappeur ray­onne. Sa sélec­tion de fea­tur­ings mon­tre une évo­lu­tion notable par rap­port à ses derniers jets avec un éven­tail diver­si­fié d’artistes bien incor­porés à son univers. Les sonorités des pro­duc­tions, elles, ne sont pas sans rap­pel­er les têtes d’affiches du rap améri­cain comme Kendrick Lamar et Travis Scott. Cepen­dant, le fond de l’his­toire et le traite­ment ciné­matographique qui lui est con­sacré sont, à mon avis, trop banals. Cer­tains sketchs devi­en­nent gênants, voire pré­ten­tieux. L’interprétation de Mr. Ander­son fait d’ailleurs pâle fig­ure à côté de celle de Trin­i­ty, sur son album du même nom. Cela dit, les titres demeurent excel­lents et se fient facile­ment aux réé­coutes, même si j’ai dû faire abstrac­tion de cer­tains inter­ludes. J’aimerais aus­si soulign­er trois morceaux en par­ti­c­uli­er. HELP !!! qui abor­de un sujet impor­tant sou­vent nég­ligé par les rappeurs, celui des vio­lences faites aux femmes, ain­si que les deux titres avec Hamza qui s’é­coutent comme la bande orig­i­nale d’un film de gang­sters des années 1980 dans lequel le Brux­el­lois endosse avec aisance le sec­ond rôle, à la hau­teur d’un Joe Pesci.

- Lukas Taylor

« L’outro UNE HISTOIRE ÉTRANGE clô­ture ce chapitre avec une morale qui n’est pas sans rap­pel­er celle racon­tée dans Notes pour trop tard (« La fête est finie », 2017) par Orel­san. »

Imane Lyafori

« Jey révèle ici ses doutes et ses démons »

C’est l’histoire d’un jeune Toulou­sain qui se rêve en prodi­ge du rap français. Pour cela, l’artiste de 28 ans se heurte à bon nom­bre d’obstacles en com­mençant par lui-même. Il expose les prémices d’un suc­cès qui met du temps à être établi. Jey révèle ici ses doutes et ses démons qui le ron­gent dans la con­struc­tion d’une car­rière qu’il désire plus que tout autre chose. Mr. Ander­son agit comme cette déter­mi­na­tion qui ne cesse de le pouss­er à se dépass­er. L’auditeur alterne alors entre le com­porte­ment par­fois chao­tique d’un Jey qui tente de voir le bout du tun­nel, à l’image du morceau VOIR LE MONDE BRÛLER, et de son alter ego qui lui rap­pelle qu’il est SPECIAL. Un mes­sage qui résonne avec toutes celles et tout ceux qui batail­lent pour faire enten­dre leurs voix et se créer leurs pro­pres chemins. L’outro UNE HISTOIRE ÉTRANGE clô­ture ce chapitre avec une morale qui n’est pas sans rap­pel­er celle racon­tée dans Notes pour trop tard (« La fête est finie », 2017) par Orel­san : l’important est de faire con­fi­ance au temps tout en ayant foi en soi. Ou comme dirait Lay­low : « C’est ta façon de faire et c’est la meilleure au monde, juste parce que c’est la tienne, ma gueule… ».

- Imane Lyafori

« Laylow s’impose avec un album indéniablement inspirant »

En prenant des allures de Mar­tin Scors­ese pour Vogue, Lay­low n’a pas trahi l’esthé­tique ciné­matographique de son album au cast­ing d’ex­cep­tion. Tou­jours aus­si exigeant, l’artiste toulou­sain livre un album ambitieux dont le scé­nario débor­de presque un peu trop sur la musique et dont l’his­toire per­son­nelle et com­plexe se suit avec une facil­ité sur­prenante. Alors que pour son pre­mier album, « Trin­i­ty », l’écriture et les sujets abor­dés me sem­blaient trop sim­ples et monot­o­nes, Lay­low a su don­ner une nou­velle dimen­sion à son art en dénonçant des prob­lèmes de société tels que les vio­lences con­ju­gales ou poli­cières. En fil­igrane, il porte un mes­sage fort : suiv­re ses rêves. L’homme de l’an­née 2020 garde son statut en 2021 et s’im­pose avec un album indé­ni­able­ment inspirant.

- Amaël Coquel

Retrou­vez « L’É­trange His­toire de Mr.Anderson » de Lay­low dans la MOSA’Hit : le meilleur du rap fran­coph­o­ne playlisté par la rédac­tion de Mosaïque. Abon­nez-vous pour ne rien rater des nou­velles sor­ties. Disponible sur Spo­ti­fy, Deez­er et YouTube.

One thought on “« L’Étrange Histoire de Mr.Anderson » – L’avis de la rédaction
  1. La sélection Mosaïque 2021 : les projets - Mosaïque

    […] « L’Étrange His­toire de Mr.Anderson » – L’avis de la rédaction […]

    3 janvier 2022 Reply
Laisser un commentaire

Your email address will not be published.