Mosaïque
rappeuses

Ce mardi 11 janvier 2022, le média Booska-P a publié sa liste des onze rappeurs à suivre en 2022. Fait notable : aucune femme ne figure dans cette sélection. Mosaïque a donc choisi pour vous onze rappeuses à suivre cette année. Nota bene : ceci n’est pas un classement.


Avant de vous plonger dans la sélection de nos onze rappeuses pour l’année 2022, merci de soutenir Mosaïque ! En nous lisant, vous soutenez un journalisme rap indépendant. Vos lectures et vos partages sont notre soutien le plus essentiel. N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, et à recommander Mosaïque autour de vous !


1 – Zinée

Une voix froide et métallique doublée d’un sens aiguisé du kickage. Zinée s’est affirmée en 2021 en délivrant sa première mixtape « Cobalt ». Avec des punchlines sans filtre, la MC de la 75e Session dresse un univers mélancolique où la technique à toute sa place. En témoignent les morceaux Zinée Club, Agrafe ou Matière grise. La rappeuse profite aussi de ce deuxième projet pour s’ouvrir à de premières collaborations et ainsi à d’autres styles. Le featuring avec sean WGA la montre tout en maîtrise sur un titre plus dansant. Une chose est sûre, 2022 sera mouvementé pour l’interprète qui va continuer de perfectionner sa musique.

2 – Vicky R

Affamée. Il s’agit sûrement du qualificatif le plus adapté pour décrire le run de Vicky R en cette fin d’année 2021. En l’espace de six mois, la rappeuse originaire du Gabon est sortie de l’ombre. Si elle avait déjà fait une apparition dans « La Relève » de Deezer en 2019, la jeune femme ne s’est pas arrêtée en chemin. En juin dernier, celle qui est aussi connue comme beatmakeuse libère un premier EP solo : « RHC ». Une carte de visite de trois titres qui montre une artiste pleine d’énergie qui ne tremble pas lorsqu’il faut manier l’egotrip. Elle signe aussi une fin d’année en fanfare avec la sortie du titre AHOO, en featuring avec les rappeuses DAVINHOR, Le Juiice, Chilla et Bianca Costa. Single à succès auréolé de plus de trois millions de vues sur YouTube. Son second projet est d’ores et déjà en route.

3 – Le Juiice

Après avoir sorti deux projets en 2020, Le Juiice s’est montrée plus discrète mais ne ralentit pas. La rappeuse a alterné entre des featurings avec Nofoutaise ou 26keuss, et des titres solo avec Dieu soit loué et Jusqu’à la mort. Celle qui se fait surnommer la « Trap mama » s’est aussi distinguée sur le single AHOO avec un couplet cinglant. Il rappelle sa maîtrise des flows rapides et saccadés. Symptomatique de la confiance qu’elle dégage, l’artiste a déjà livré un nouveau titre en ce début d’année intitulé Iconique. À peine arrivée en 2022, elle clame : « Le Juiice c’est la best, ouais Le Juiice est iconique ». Alors place à la suite. 

4 – Babysolo33

Babysolo33 se considère avant tout comme « une artiste qui écrit des histoires et des ambiances ». En 2021, elle a continué de peindre un décor original et intimiste, aux allures de teen movie des années 2000. Inspirée par l’esthétique vocale de Hamza et PNL, cette jeune bordelaise de 25 ans utilise sans modération l’auto-tune. Dans ses morceaux, Giula de son vrai nom, chante ses peines de cœur et ses états d’âmes. Sans trop de pudeur, elle n’hésite pas à fredonner : « J’ai des traumatismes » et se montre telle qu’elle est dans son dernier single Balayette. L’artiste signée sur le label de Jeune à Jamais prépare un second projet, prévu pour 2022. Il fera suite à « Solo2019 », un EP de six titres sorti en 2019. 

5 – Meryl

Après le très bon accueil réservé à sa première mixtape « Jour avant caviar », Meryl se fait attendre depuis deux ans. Si l’artiste ne s’est pas beaucoup fait entendre cette année, elle s’est montrée très productive sous sa casquette de toplineuse. Elle a d’ailleurs offert des mélodies efficaces à SCH (Euro, Grand bain), Eddy de Pretto (nu), Soso Maness (Madame Maness) ou encore à KANIS (Fallait). Mais c’est bien sous le costume d’interprète que le public souhaite maintenant la retrouver. Et pour cause, elle avait déjà prouvé sa polyvalence, capable de rapper sur tout type de prod, quoique particulièrement brillante sur des ambiances club aux sonorités antillaises (Désolé, Billets). Retrouvera-t-on Meryl en 2022 ? Tout porte à penser que oui. Si elle avait déjà convaincu, la jeune rappeuse doit désormais passer un cap et continuer d’asseoir son assurance à la grande table des rappeuses françaises. 

6 – KANIS

Après s’être installée dans le paysage en mars 2021 en participant au morceau Shoot qui réunit plusieurs artistes féminines de la scène rap française, KANIS sort le projet « Réflexion » quelques mois plus tard, le 27 août 2021. Un sept titres qui s’écoute sans difficulté. La musique joviale de l’Haïtienne a l’avantage de nous attraper rapidement dans ses filets dansants. Celle qui a retourné son prénom, pour ne pas être confondue avec son homologue masculin Niska, délivre son énergie caribéenne dans un projet aux couleurs vives. La rappeuse rejoint la ligne de Shay en s’affirmant farouchement indépendante des hommes sur Bye Bye et se démarque par des phases kickées comme sur le morceau Tic Toc. La chanteuse s’impose comme une artiste polyvalente de la scène des rappeuses émergentes qu’il faudra suivre en 2022.

7 – Moona

La rappeuse Moona, originaire d’Athis-Mons dans le 91, est en pleine ascension depuis quelques mois. Après avoir envoyé un banger avec le titre Ryuk début 2021, Moona n’a pas faibli en sortant les titres Validé, GT et People. L’artiste a déjà un album à son actif, « Hasta la vie », sorti en 2019, sur lequel figure deux featurings avec Bolemvn et Kpoint. Elle clôture une belle année 2021 en tant que personnage principal de la série France TV Slah « Diana Boss ». Elle incarne dans ce programme de cinq épisodes Malika, une jeune femme de 22 ans. Avocate le jour et rappeuse la nuit, elle affronte le jugement des hommes.

Début décembre, la rappeuse confiait au magazine Télérama : « C’est toujours la parole des hommes, la politique des hommes. On ne nous tolère que si on fait des chansons d’amour ! On ne veut pas nous faire de place, alors on monte les rappeuses les unes contre les autres. Il faut être Diam’s ou rien. J’ai commencé par croire que je devais me battre pour le trône. Mais c’est faux. On peut toutes prendre une chaise ! De toute façon, je ne suis pas en concurrence avec les femmes, mais avec les hommes : c’est eux que je vais plier. » Celle qui a refusé le rôle principal du film « Divines » est prête pour briller en 2022 et prépare actuellement son prochain album. 

8 – Davinhor

« Quoi ? (Quoi ?) Ils veulent me donner de la force, ils sont impuissants (viagra) », kicke Davinhor sur le morceau AHOO en featuring avec les rappeuses Chilla, Vicky R, Bianca Costa et Le Juiice. Mise en lumière par son morceau J’suis quelqu’un en 2019, elle se distingue par son franc-parler, affiché notamment dans le documentaire « Reines » de Canal+. En 2021, elle a participé à la BO de la deuxième saison de la série « Validé » sur le titre Façonne en featuring avec KeBlack. Elle s’est également montrée plus mélodieuse aux côtés de Naza sur J’suis piqué après avoir sorti deux bangers : Pas de sentiments et Sugar Daddy. 2022 sera peut-être l’heure du premier projet pour l’artiste originaire du 93.

9 – Nayra

« 2022, début des hostilités », c’est ainsi que Nayra annonce en ce début d’année qu’il faudra compter sur elle dans les mois à venir. Repérée dès 2015 avec un remix de Lacrim J’suis qu’une thug et plusieurs freestyles publiés sur sa chaîne YouTube, l’artiste originaire de Saint-Denis (93) fait son retour. Celle qui se définit comme une « chanteuse de rap » a dévoilé dès le 7 janvier dernier un titre qui marque le premier chapitre du début de sa Saga. Avec un flow kické, une assurance sans faille et quelques bribes de langue arabe, le morceau laisse entendre tout le potentiel de la jeune femme. Un clip accompagne la sortie du titre dans lequel Ayat, de son vrai prénom, brandit un drapeau à son nom, prête à prendre l’assaut du rap en 2022. 

10 – Sally

C’est à sa voix si particulière que l’on reconnaît Sally. Une voix joliment cassée et lancinante que repère le rappeur Lord Esperanza. En 2019, il invite la rappeuse à son « Planète Rap ». C’est là qu’elle se fait remarquer. Quelques mois plus tard, elle sort son premier EP nommé « Pyaar » qui signifie « amour » en langue hindi. Et alors qu’elle assure les premières parties de la tournée d’Angèle lors de son Brol Tour, elle révèle en 2020 être atteinte de bipolarité. Elle le raconte dans un morceau intitulé Tout roule, sorti en septembre de la même année. Le titre est accompagné d’un clip à l’esthétique remarquable. En 2021, l’artiste a affiché sa volonté de réunir des artistes féminines en invitant Joanna, KANIS, Alicia., Chilla et Vicky R sur le morceau SHOOT. Le premier titre d’un projet toujours en préparation et qui pourrait voir le jour en 2022.

11 – Andy S

Figure émergente du rap ivoirien, Andy S a grandi à Abidjan et a sorti sa première mixtape à 24 ans en 2021. Son dernier projet est intitulé « Exousia », un mot grec ancien utilisé dans la bible et qui signifie : « Le pouvoir de choisir, liberté de faire ce qui plaît. » Une définition qui colle à la peau de son rap libre et insolent. Dans ses textes comme dans la vie, elle milite pour donner plus de place aux rappeuses. Elle se présente d’ailleurs avec une touche d’egotrip dès l’intro de son projet comme « l’avenir de la Côte d’Ivoire, mais le public est en retard ».

Sur sa première mixtape, elle invite plusieurs artistes dont la rappeuse française Vicky R sur le morceau Rap décalé. Tout au long des neuf titres, l’artiste dévoile toutes ses qualités de kickeuse sur des instrus trap. Mais aussi sur des rythmes drill à l’image du titre éponyme Exousia en featuring avec l’artiste ghanéen Reggie. Ambitieuse et déterminée, Andy S n’hésite pas à le clamer haut et fort : « Le meilleur rappeur de Côte d’Ivoire est une rappeuse »


clips

Si cet article sur les 11 rappeuses à suivre pour 2022 vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Pour savoir les prochains articles à venir, abonnez-vous à notre newsletter :

Subscribe

* indicates required

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.